malgre tout media logo with sign
Annonce
4 minuten

Cheval hollandais à sang chaud : le talent naturel gracieux

Si vous regardez les races de chevaux pour les rallyes et les compétitions de dressage au plus haut niveau, il y en a une en particulier qui domine. La race, qui a connu une renommée explosive au cours des dernières décennies, est sur papier – et l’étiquette de nom – des Pays-Bas. Mais en fait, la nouvelle race est le résultat de siècles de progrès européens dans l’élevage de chevaux. Le projet d'élevage des années 1960,a explosé en popularité depuis sa création.

La recette d´un gagnant

Au milieu des années 1900, les Hollandais voulaient créer un nouveau cheval de saut d’obstacles. Ils ont utilisé le Gelderen pour cela. C’était un cheval d’équitation local de la province de Gelderland qui était assez fort pour travailler dans le sol argileux du nord, et était également apprécié comme cheval de conduite. Cela a été croisé avec Groningen - un cheval de travail hollandais « léger » qui remonte à l´époque d´avant le Moyen Âge. La race, également appelée Groninger, était comme beaucoup d’autres chevaux de l’après-guerre en danger de disparition.

Mais maintenant, les deux races devaient être utilisées dans le projet pour créer le cheval de compétition parfait. Le Gerderen a du sang de chevaux italiens, espagnols et français. Mais aussi l’ADN du Holsteiner, du pur-sang anglais et oldenborgeren. Ce dernier a été croisé avec  le Frison pour créer le groning.

untitled design 4
This is a block of text. Double-click this text to edit it.

On pensait qu’un terrain d’entente de ces races néerlandaises populaires pourrait créer une base de grand physique, de mouvements élégants et d’un tempérament solide. Ensuite, plus de sang total a été ajouté, ce qui a donné au cheval à la fois de l’éclat et une apparence encore plus raffinée. Finalement, le sang hanovrien a été introduit pour équilibrer le tempérament parfois vif du pur-sang. Et la race selle francais pour maintenir la compétivité.

Le résultat a été réussi : un cheval merveilleux, à la fois athlétique et agile. Un cheval au tempérament calme, qui pourrait être entraîné relativement facilement dans des exercices exigeants. Un cheval de sport moderne qui était prêt à performer quand cela comptait vraiment. Les éleveurs et les entraîneurs ont rapidement découvert que vous n’aviez pas seulement un cheval de saut polyvalent. C’était un cheval qui avait aussi un potentiel sans précédent en dressage de haut niveau.

Seigneur des soulèvements

C’est un cheval de sang chaud hollandais qui détient le record du cheval de dressage le plus cher jamais vendu. En 2009, l’étalon Totilas a été le premier à obtenir plus de 90% aux Championnats internationaux FEI de saut d’obstacles et de dressage. Plus tard cette année-là, les chevaux ont remporté la première place dans la discipline du style libre. Ici, le cheval a obtenu un score de 92% – un superbe 10 points au-dessus de la deuxième place. Le prix de vente exact est secret, mais on estime qu’il se situe entre 10 et 15 millions d’euros (un peu plus de 112 millions de DKK, ndlr).

À quoi ressemble-t-il ?

Le cheval de sang chaud hollandais est une belle race qui a à la fois un profil puissant et une touche discrète de bourreau de travail. Leur taille est en peu moins lourd que les autres chevaux de catégorie de sang chaud, et à première vue, il ressemble à un cheval pur-sang de poids moyen – athlétique sans être un géant. Il a naturellement une démarche souple et libre, ce qui est surtout un avantage dans l’entraînement de dressage.

La tête est élégante avec des yeux calmes et attentifs et des oreilles moyennes et finement pointues. Le cou varie de moyen à long avec une touche typique de cheval de sport et une légère arche à la gorge. Les épaules sont fortes et obliques, avec une crinière marquée, qui conduit à un dos court et droit. Le postérieur et le bas du dos sont musclés, forts et profonds avec une croupe inclinée. Les longues pattes sont fortes et se terminent par des sabots bien formés et solides.

Le manteau est disponible en noir, rouge, gris et tobin – un mélange hétéroclite de blanc et de rouge, brun ou noir. Souvent avec des marques blanches sur les pattes et le visage. La hauteur est comprise entre 157 et 160 cm.

En route vers le sommet

Les hollandais ont créé le cheval né gagnant. Une race qui a presque sautée depuis l´écurie directement sur le podium des prix. Depuis qu´il a commencé à faire concurrence dans le sport de dressage, il a pris sa place à côté, entre autres de Westphalien, hanovrien, l´Oldenburg et du frison. De plus en plus souvent qui gagne la place au-dessus d'eux.

Par conséquent, le cheval du sang chaud néerlandais est devenu le premier choix de nombreux cavaliers de haut niveau depuis son introduction à la fin des années 1900. Les statistiques racontent l´histoire de leur persévérance. La moitié de tous les chevaux de la finale olympique de dressage de Tokyo 2021 étaient de cette race particulière. Et au fil du temps, il est garanti de gagner plus de fans, qui tombent tous amoureux de ce joli cheval facile à apprendre avec les belles allures.

Un avenir brillant

Aujourd´hui, c´est l´organisation KWPN ( Koninklijk Warmbloed Paard Nederland), qui enregistre les individus de la race en Europe. Pour cette cause la race est appelée quelque fois d´un cheval KWPN.  Cette organisation est passée de l’élevage et de l’enregistrement de chevaux agricoles locaux à la spécialisation dans quatre lignées différentes du cheval de sang chaud hollandais moderne: le cheval de saut, le cheval de dressage, le cheval de trait, et ils sont également toujours responsables du livre généalogique du vieux gelder.

Toujours de l’autre côté de l’Atlantique, le célèbre cheval de sport néerlandais a acquis une grande popularité. Ici, l’enregistrement et l’élevage sont effectués par un certain nombre de haras privés. Mais si vous voulez votre propre cheval hollandais de sang chaud, vous devriez probablement faire la queue bien à l’avance. Seulement environ 10 000 sont élevés dans le monde chaque année.


Sources : https://imh.org/exhibits/past/breeds-of-the-world/europe/dutch-warmblood/, Esposito, L., (2005). « CHEVAUX, ouvrage de référence illustré ». Briggs, P., 2e édition révisée, 1re édition. Actium.,https://www.horseandhound.co.uk/features/5-worlds-most-expensive-horses-588118, https://www.kwpn.org/

Teilen
Annonce
Annonce

Articles similaires

Annonce
magnifiercrossmenu